Équipe

Les membres fondateurs de l’équipe du Réseau international pour les essais comportementaux (IBTN) proviennent de divers domaines et pays. Ces experts internationaux possèdent plusieurs années d’expérience dans le développement et la conduite d’essais comportementaux. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs été impliqués dans certains des essais les plus importants de notre champ. Ils ont rassemblé cette expertise pour créer l’IBTN et espèrent ainsi améliorer la qualité et augmenter le nombre d’interventions et d’essais comportementaux.

Vous êtes intéressé à vous joindre à notre groupe? Communiquez avec nous!

Simon L. Bacon, PhD (co-responsable)



Dr. Simon Bacon est co-directeur du Centre de médecine comportementale de Montréal et directeur du Centre de réadaptation Jean-Jacques Gauthier. Il a reçu une formation poussée dans la conduite d’essais comportementaux contrôlés randomisés, et a été chercheur principal et co-chercheur de 12 études impliquant des interventions comportementales, dont l’exercice, la gestion du poids, la gestion du stress et la communication motivationnelle. De plus, il participe depuis plusieurs années au développement de recommandations nationales par le biais de son travail avec le Programme éducatif canadien sur l’hypertension (PECH : il a été membre des cinq derniers groupes de travail sur les recommandations), et préside actuellement le sous-comité sur les modes de vie. Enfin, Dr. Bacon a organisé plusieurs activités de transfert des connaissances, dont des Cafés scientifiques, lors desquels il a réuni plusieurs acteurs pour discuter de questions et sujets importants, notamment la création d’un dialogue commun entre les chercheurs et les médias pour améliorer la publication des innovations en matière de santé.

 

Kim Lavoie, PhD (co-responsable)


Dre. Kim Lavoie, en plus d’être co-directrice du Centre de médecine comportementale de Montréal et directrice de la Division de recherche sur les maladies chroniques de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, est professeure au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle est reconnue à l’échelle internationale pour ses recherches sur l’impact des facteurs psychologiques et comportementaux sur le développement et la progression de maladies cardiovasculaires et respiratoires, ainsi que l’impact des interventions comportementales (communication motivationnelle, exercice et perte de poids) sur les comportements en matière de santé et sur l’évolution de l’état de santé des patients souffrant de maladies pulmonaires chroniques. Elle est présidente de la Section sur la psychologie de la santé et la médecine comportementale de l’Association canadienne de psychologie et membre active du groupe de travail sur les recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension (sous-comité sur l’observance). Elle a fait partie de plusieurs comités organisateurs (au niveau national et international), dont le congrès annuel de l’American Psychosomatic Society et les rencontres du Forum des jeunes chercheurs des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC : cinq ans). Enfin, elle est une experte de la communication motivationnelle reconnue à l’échelle internationale : plus de 8 000 professionnels de la santé ont assisté à ses ateliers de formation professionnelle au Canada, aux États-Unis, en Europe (France, Espagne, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Suisse, Portugal, Italie, Estonie, Grande-Bretagne), en Australie et en Nouvelle Zélande. Elle détient actuellement une bourse de chercheur des IRSC, de même que plusieurs subventions dans le domaine de la formation et de l’efficacité de la communication motivationnelle en matière de changement de comportements lors de maladies chroniques.

 

Gregory Ninot, PhD (co-responsable)



Dr. Grégory Ninot est Professeur à l’Université de Montpellier (France). Il dirige la Plateforme CEPS, dédiée à la méthodologie des essais cliniques comportementaux. Il joue un rôle important dans le développement de la qualité de ces études en Europe. Il est impliqué dans plusieurs essais cliniques testant l’efficacité de programmes d’activités physiques, de solutions e-santé, de psychothérapies ou de méthodes d’éducation thérapeutique principalement, auprès de patients souffrant d’une maladie respiratoire ou d’un cancer. Il a publié plus d’une centaine d’articles et plus d’une dizaine d’ouvrages sur le sujet. Il anime un blog faisant mieux connaître ce type d’études dans le but d’améliorer la prise en charge des patients malades chronique

Jean Bourbeau, PhD


Dr. Jean Bourbeauest pneumologue et professeur associé au Département de médecine et au Département d’épidémiologie et de biostatistiques de l’Université McGill. Il est également directeur de l’Unité de recherche respiratoire, épidémiologique et clinique et de l’Unité de réadaptation respiratoire à l’Institut Thoracique de Montréal du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Ses domaines de recherche et d’expertise sont la MPOC, la réadaptation et l’autogestion de la maladie. Il est particulièrement intéressé par les essais cliniques comportementaux randomisés en réadaptation respiratoire. Son travail a non seulement eu un impact sur la recherche, mais également sur la pratique clinique et le domaine public (par exemple, Mieux vivre avec une MPOC). Il est également directeur du groupe dédié à la MPOC dans le Réseau de Santé Respiratoire du Fonds de Recherche en Santé du Québec (RSR-FRSQ). Il est président élu de la Société canadienne de thoracologie (SCT) et membre du comité sur la MPOC. Il siège également au comité exécutif et à la présidence du comité responsable de la diffusion au sein du Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease (GOLD). Par le biais de ces réseaux, Dr. Bourbeau sera en mesure d’offrir des possibilités supplémentaires de transfert de connaissances afin d’améliorer le travail du réseau.

Isabelle Boutron, PhD



Dre. Isabelle Boutron est professeure d’épidémiologie clinique à l’Université Paris Descartes et chercheure à l’unité Inserm U738. Elle est experte en matière de caractérisation méthodologique et d’évaluation des traitements non pharmacologiques, de risques de biais dans les essais, ainsi que de problèmes d’insu et de transparence dans la recherche. Elle s’intéresse à la validité interne des essais non pharmacologiques, particulièrement à la procédure de l’insu, qui a fait l’objet de plusieurs publications dans la plupart des grandes revues médicales. Par son travail avec le Bias Method Group de la Collaboration Cochrane, le Centre Cochrane et le groupe CONSORT, elle a participé au développement de recommandations internationales pour améliorer la transparence des essais évaluant des traitements non pharmacologiques. Elle a notamment été la première auteure de l’extension du CONSORT pour les interventions non pharmacologiques. Avec ses collègues, elle a également publié le célèbre ouvrage intitulé « Randomized Clinical Trials of Nonpharmacological Treatments ». Enfin, elle travaille actuellement sur un nouveau concept : le « spin », soit une présentation, interprétation et/ou discussion inappropriées des résultats pouvant biaiser l’interprétation des lecteurs, une question particulièrement importante dans le processus de transfert de connaissances.

Tim Caulfield, PhD


Dr. Tim Caulfield est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit et en politique de santé, lauréat Trudeau, professeur à la Faculté de droit et à l’École de santé publique de l’Université de l’Alberta, ainsi que directeur de recherche de l’Institut du droit de la santé de la Faculté de droit de l’Université de l’Alberta. Il est un chercheur de renommée internationale, reconnu pour son travail dans les domaines du droit de la santé et des politiques en matière de santé. De manière générale, ses recherches explorent les questions éthiques, juridiques et sociales associées à plusieurs sujets, dont la recherche sur les cellules souches, la génétique, la sécurité des patients, la prévention des maladies chroniques, les politiques en matière d’obésité, la commercialisation de la recherche, la médecine complémentaire et alternative, ainsi que l’accès aux soins de santé. Certains de ses travaux sont particulièrement significatifs en regard de l’initiative proposée. Par exemple: 1) Ses travaux entourant les questions reliées : A) à l’éthique de la recherche (consentement, droit de retrait, découvertes fortuites, devoir de diligence, etc.); B) aux défis entourant la mise en œuvre des politiques en matière de santé; et C) au changement comportemental dans le contexte du partage d’information sur les risques génétiques (ex.: les dispositions des politiques influencent-elles l’état psychologique et le comportement des bénéficiaires?), notamment par le biais d’incitatifs (par exemple, dans le contexte des politiques en matière d’obésité); 2) Ses recherches étudiant l’impact/l’influence des médias populaires et les représentations concernant le développement de politiques et l’attribution des ressources. De plus, Dr. Caulfield a été impliqué dans plusieurs comités dédiés aux politiques nationales et internationales, et à l’éthique de la recherche, dont le Comité consultatif canadien de la biotechnologie, le Comité consultatif scientifique de Génome Canada, le Comité sur l’éthique et les politiques publiques de la Société internationale pour la recherche sur les cellules souches, ainsi que le Groupe fédéral en éthique de la recherche (il a joué un rôle important dans l’élaboration de l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains (EPTC)). Il a organisé plusieurs activités de transfert de connaissances, notamment des cafés scientifiques, des tables rondes publiques et des ateliers de construction de consensus, en plus d’écrire et de donner des entrevues dans la presse populaire, et de publier des articles scientifiques.

Susan Czajkowski, PhD



Dre. Susan Czajkowski, administratrice en chef de la Health Behaviors Research Branch (HBRB) au National Cancer Institute (NCI, États-Unis), est une experte des facteurs de risque psychosociaux et comportementaux de la maladie, incluant le rôle du soutien social et de la dépression dans les risques et le rétablissement de maladie; le développement et la conduite d’interventions relatives aux facteurs de risque comportementaux dont l’obésité, la sédentarité, la mauvaise alimentation et la non observance des traitements médicaux; ainsi que l’évaluation de la qualité de vie et du fonctionnement psychosocial en matière de santé chez les patients atteints de maladies chroniques. Elle a géré plusieurs initiatives de recherche concernant l’amélioration de l’observance des thérapies médicales et comportementales chez les patients, notamment les patients provenant de groupes minorisés et défavorisés sur le plan médical. Elle a été coordonnatrice de l’étude Enhancing Recovery in Coronary Heart Disease (ENRICHD), soit le plus important essai clinique multicentrique qui a évalué les effets du traitement de la dépression et du faible soutien social chez les patients ayant récemment été victimes d’une crise cardiaque. Comme coordonnatrices du réseau Obesity-Related Behavioral Intervention Trials (ORBIT), financé par le NIH, Dre. Czajkowski et Dre. Lynda Powell ont dirigé l’élaboration du modèle ORBIT pour la prévention et le traitement des maladies chroniques. Dre. Czajkowski est chercheure à la Society of Behavioral Medicine et a récemment été présidente de l’Academy of Behavioral Medicine Research.

Karina Davidson, PhD


Dre. Karina Davidson est professeure de médecine comportementale en médecine et psychiatrie au Columbia College of Physicians and Surgeons, et directrice du Center for Behavioral & Cardiovascular Health. Elle est experte des interventions comportementales et psychosociales avec des patients atteints de maladies cardiovasculaires, et a mené des essais contrôlés randomisés sur la gestion de la colère et le traitement de la dépression chez les patients atteints d’hypertension et ceux ayant souffert d’un infarctus du myocarde. Son équipe de recherche a récemment terminé un contrat multi-site et multi-projet financé par le NIH, explorant l’étiologie, l’évolution et le traitement contrôlé randomisé de symptômes dépressifs chez les patients atteints de syndromes coronariens aigus. Cette recherche se poursuit avec l’étude des phénotypes liés à la dépression et leurs mécanismes biocomportementaux dans le cadre d’un projet financé par le NIH. Plus récemment, son équipe a mené un essai contrôlé randomisé, financé par le NIH, pour évaluer si un meilleur traitement de la dépression (par rapport au traitement habituel) améliore la survie de patients atteints de maladies coronariennes aiguës dans plusieurs sites à travers les États-Unis. Elle est aussi responsable de la convocation du Cochrane Behavioral Medicine Field, une initiative internationale visant à évaluer et synthétiser les données associées aux interventions en médecine comportementale. Elle a créé et présidé le comité Evidence-based Behavioral-Medicine, un groupe de travail chargé par sept sociétés nationales et internationales de l’amélioration et de la mise en œuvre des principes basés sur les données probantes au sein de la médecine comportementale. Enfin, Dre. Davidson a mené un Institut d’été, financé par le NIH, sur la conduite d’essais contrôlés randomisés basés sur des interventions comportementales, une initiative étasunienne visant l’amélioration de l’expertise de la prochaine génération de leaders en essais comportementaux.

Kenneth Freedland, PhD



Dr. Kenneth Freedland, professeur de psychiatrie et de psychologie à l’École de médecine de l’Université de Washington, est un expert du traitement comportemental de la dépression et des problèmes reliés chez les patients malades. Il a été chercheur principal et co-chercheur de plusieurs essais à site unique et multicentriques concernant le traitement de la dépression chez les patients atteints de maladies coronariennes, d’insuffisance cardiaque, de diabète, de maladies pulmonaires, etc. Par exemple, le Dr. Freedland a été co-chercheur et superviseur clinique de l’étude multicentrique Enhancing Recovery in Coronary Heart Disease (ENRICHD), ainsi que co-chercheur et responsable de l’évaluation pour l’essai multicentrique INSPIRE sur la gestion du stress chez les candidats à la transplantation pulmonaire. Il a également été chercheur principal de plusieurs essais d’interventions comportementales, dont un essai contrôlé randomisé portant sur une intervention cognitivo-comportementale visant la dépression et l’autogestion chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque. De plus, le Dr. Freedland est chercheur fondateur de l’Academy of Cognitive Therapy (ACT), formateur en thérapie cognitive breveté par l’ACT, moniteur en méthodologie des essais cliniques à l’Institut d’été annuel des National Institutes of Health portant sur les essais cliniques comportementaux randomisés, ainsi qu’auteur de plusieurs articles et chapitres d’ouvrages sur la méthodologie des essais comportementaux. Il est particulièrement intéressé à la sélection et à la conception des groupes témoins dans les essais comportementaux.

Gaston Godin, PhD


Dr. Gaston Godin, professeur émérite à l’Université Laval (Québec, Canada), est un expert en sciences comportementales dans le domaine de la santé. Il est également responsable d’un groupe de recherche sur les comportements en matière de santé. Il a mené plusieurs projets d’interventions visant à changer certains comportements, dont l’utilisation de condoms, la pratique régulière d’activité physique, la consommation de fruits et légumes, le don de sang, etc. Ces projets ont adopté plusieurs approches méthodologiques, incluant les essais contrôlés randomisés. Il a également participé comme expert au Behaviour Change Technique Taxonomy Project, financé par le UK Medical Research Council. Il a collaboré au Workgroup for Intervention Development and Evaluation Research (WIDER), qui a pour objectif d’améliorer la publication scientifique des interventions portant sur le changement de comportement, ainsi que l’évaluation de ces interventions, conformément aux énoncés CONSORT.

 

Susan Michie, PhD



Dre. Susan Michie est professeure en psychologie de la santé au University College London (UCL) et directrice du Centre for Behaviour Change et du Health Psychology Research Group. Elle est également co-directrice du Centre for Outcomes Research and Effectiveness de la British Psychological Society, et co-directrice du National Centre for Smoking Cessation and Training. Dre. Michie est une psychologue clinicienne de la santé certifiée, et réalise des recherches sur le changement comportemental en lien avec la santé : comment comprendre théoriquement le changement comportemental et appliquer la théorie au développement et à l’évaluation d’interventions, ainsi qu’à la synthèse des données. Ses recherches sont menées dans les domaines des comportements à risque et préventifs chez la population générale (par exemple, tabagisme, consommation d’alcool, préparation à la grippe pandémique), de la gestion de la maladie (observance des médicaments), ainsi que de la pratique professionnelle (hygiène des mains chez le personnel hospitalier). Ses travaux incluent le développement et l’évaluation d’interventions numériques, et l’étude de la fidélité au niveau de la conduite d’interventions. Ses recherches développent des méthodes pour améliorer l’étude du changement comportemental, notamment par des cadres de travail comme le Behaviour Change Wheel and the Theoretical Domains Framework, ainsi que par la précision du contenu d’interventions par les classifications (taxonomies) des techniques du changement comportemental (BCT Taxonomy v1). De plus, elle a publié deux ouvrages en 2014 soit, The Behaviour Change Wheel Guide to Designing Interventions et ABC of Behaviour Change Theories.

David Moher, PhD


Dr. David Moher est un chercheur principal au Programme d’épidémiologie clinique du Centre de méthodologie d’Ottawa de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa. Dr. Moher est également professeur associé en santé publique et en médecine préventive à l’École d’épidémiologie de l’Université d’Ottawa, où il est titulaire d’une Chaire de recherche universitaire. Dr Moher est chercheur principal sur plusieurs subventions des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), dont un programme de méta-analyse de réseaux, plusieurs revues systématiques et Cochrane Canada. Il est également co-responsable de la convocation du Bias Methods Group de la Collaboration Cochrane. Dr. Moher a été pendant 10 ans directeur du Centre de pratique fondée sur les données probantes de l’Université d’Ottawa, l’un des 14 centres du genre en Amérique du Nord, financés par l’Agency for Healthcare Research and Quality (États-Unis). Dr. Moher est également reconnu pour son leadership dans le développement de lignes directrices pour la publication de recherches scientifiques, notamment le guide CONSORT sur les essais randomisés, qui a été adopté à l’échelle internationale, ainsi que l’énoncé PRISMA sur lla publication de revues systématiques. Dr. Moher est associé à plusieurs revues: éditeur en chef fondateur de Systematic Reviews; membre du comité consultatif du International Congress on Peer Review and Biomedical Publication, et membre du comité de pilotage du EQUATOR Network. Dr. Moher détient une maîtrise en épidémiologie, ainsi qu’un doctorat en épidémiologie clinique et biostatistiques.

Paul Montgomery, PhD



Dr. Paul Montgomery est professeur en interventions psychosociales à l’Université d’Oxford et responsable du développement du CONSORT-SPI, qui décrit des lignes directrices pour la publication d’essais randomisés portant sur des interventions psychologiques et sociales complexes. Ses recherches sont centrées sur l’amélioration de la compréhension des interventions qui sont efficaces pour agir sur des problèmes psychologiques, sociaux et de santé complexes. Ses travaux portent sur plusieurs questions, dont les problèmes chroniques de sommeil et le SIDA/VIH, et utilisent plusieurs approches méthodologiques de grande qualité, incluant plusieurs qui ne sont pas traditionnellement utilisées en sciences sociales. Ses travaux relèvent de trois grandes catégories : 1) Méthodologie de l’intervention psychosociale, 2) Alimentation, et 3) Interventions comportementales. Ses travaux ont été largement publiés et il a obtenu du financement de plusieurs sources. Travailleur social de formation, Paul poursuit sa pratique clinique, et est spécialiste de l’intervention brève et des techniques cognitivo-comportementales pour le traitement de la dépression, de l’anxiété et de l’insomnie, tant chez les adultes que les adolescents.

Lynda Powell, PhD


Dre. Lynda Powell est la professeure Charles J. et Margaret Roberts en médecine préventive, médecine (cardiologie), sciences comportementales et pharmacologie, ainsi que présidente du département de médecine préventive et du Rush University Medical Center. Ses recherches portent sur le développement et la conduite d’essais cliniques comportementaux randomisés visant à promouvoir la santé cardiovasculaire. Dre. Powell a été chercheure principale sur cinq importants essais cliniques comportementaux randomisés, et professeure fondatrice et co-directrice de l’Institut d’été sur les essais cliniques comportementaux du NIH-OBSSR, qui en est maintenant à sa 12e année d’existence. Dre. Powell est chercheure principale au réseau ORBIT, financé par le NIH, qui inclut sept sites travaillant au développement d’interventions comportementales en matière d’obésité, et a été étroitement impliquée dans la création du Intervention Development Model for Behavioral Trials.

Lise Rochaix, PhD



Dre. Lise Rochaix est membre permanente du comité exécutif de la Haute Autorité de Santé (HAS, France) et préside la Commission d’Évaluation Économique et de Santé Publique (CEESP, France). Elle est présentement en détachement de l’Université d’Aix-Marseille II où elle est titulaire d’une chaire dans le département de sciences économiques. Ses intérêts de recherche portent sur la régulation des systèmes de santé, dont la rémunération au rendement et la mesure de l’équité. Elle a obtenu son doctorat à l’Université de York, au Royaume-Uni.

David Secko, PhD


Dr. David Secko est professeur associé en journalisme à l’Université Concordia (Montréal) et expert de la participation publique. Ses recherches portent sur le journalisme, ainsi que sur les questions scientifiques et éthiques visant à clarifier et expérimenter avec les rôles du public, des experts et des journalistes dans la gouvernance démocratique des biotechnologies. Il a participé au développement d’une méthodologie de participation délibérative structurée (voir : Genomics, Society and Policy 6(1): 16-33; Canadian Journal of Communication 35(2): 265-274; Social Science and Medicine 68: 781-789; Personalized Medicine 5(3): 285-296), qui a été évaluée depuis 2006 lors de 15 activités publiques portant sur une variété de sujets, tels que les biobanques, la pharmacogénomique, le journalisme dans le domaine de la santé, la génomique du saumon, la bioéconomie et les biocarburants. Dr. Secko est également un animateur chevronné. Il a gagné le prix de la recherche de l’Université Concordia en 2011 pour sa contribution à la recherche, le prix d’excellence du doyen pour nouveau chercheur en 2010 et a obtenu la médaille Hal Straight Gold en journalisme de l’École de journalisme de UBC en 2006. Ses autres recherches incluent une méta-synthèse qualitative récente des expériences de journalistes dans le domaine de la santé (Science Communication 34, 2: 241-282) et une analyse narrative de commentaires en ligne à la suite de nouvelles portant sur des questions scientifiques (Journalism 12, 7: 814-31).

Stan Shapiro, PhD



Dr. Stanley Shapiro est professeur au département d’épidémiologie et de biostatistiques de l’Université McGill, et expert-conseil à l’Unité d’essais cliniques randomisés de l’Hôpital général juif. Il a obtenu son doctorat (1972) et sa maîtrise (1968) en statistiques de l’Université Stanford et son baccalauréat (1967) de l’Université Bucknell. En plus de McGill, il occupé des postes à l’Université Acadia (professeur adjoint, 1971-1973), Harvard (professeur associé invité, 1980-1981) et Michigan (professeur invité, 1986-). Il est co-éditeur en chef de la revue Clinical Trials Issues Approaches. Il siège actuellement à plusieurs comités scientifiques consultatifs portant sur les essais, ainsi qu’à plusieurs comités dédiés à la sécurité et la surveillance des données. Il a récemment terminé un mandat prolongé au Comité de subventions des essais cliniques du Conseil de la recherche médicale (Canada) et au Comité de sécurité et surveillance des données du Réseau canadien pour les essais sur le VIH. Il est notamment membre de la Biometric Society, de l’American Statistical Society, de la Société statistique du Canada et de la Society for Clinical Trials. Ses intérêts de recherche de longue date portent sur les aspects théoriques et appliqués des essais cliniques, et il publie dans des revues portant sur les sciences de la santé et les statistiques. Ses intérêts de recherche méthodologique actuels incluent la non-conformité dans les essais cliniques, la diffusion des résultats d’essais cliniques et l’opérationnalisation de l’équilibre clinique.

Bonnie Spring, PhD


Dre. Bonnie Spring est professeure en médecine préventive, psychologie et psychiatrie à Northwestern University, et directrice du Center for Behavior and Health de l’Institute for Public Health and Medicine de cette université. Elle est reconnue à l’échelle internationale pour ses recherches sur les interventions visant à améliorer les comportements à risque dans le domaine des maladies chroniques. Ses recherches sur le tabagisme, l’inactivité physique et l’obésité ont été financées de manière continue depuis 1976 par des subventions du NIH (NHLBI, NIDDK, NCI, NIMH), de l’American Heart Association, de l’American Cancer Society, et du Department of Veterans Affairs. Elle a été chercheure principale sur plusieurs essais cliniques visant la cessation tabagique et la réduction des gains de poids à l’aide de traitements pharmacologiques et comportementaux. Un essai, financé par le NIDA, visant à étudier l’efficacité sur le terrain de son intervention utilisant les lignes d’aide nationales de cessation tabagique, est actuellement en cours. Elle a également été chercheure principale sur plusieurs essais utilisant des interventions basées sur les technologies pour favoriser le changement de comportements en lien avec l’activité physique, les régimes ou la perte de poids. Ses essais actuels mettent en œuvre des protocoles de recherche novateurs, inspirés du génie, pour optimiser et améliorer l’efficacité du développement des interventions comportementales. Elle siège au Advisory Steering Committee to Develop Clinical Treatment Guidelines de l’American Psychological Association et préside le Health Behavior Change Committee de l’American Heart Association. Ses modules de formation en ligne, financés par le NIH, sur la pratique fondée sur les données probantes sont accessibles gratuitement sur Internet (www.ebbp.org). Elle est également éditrice fondatrice et éditrice en chef de la revue Translational Behavioral Medicine: Practice, Policy, Research.