Des meilleures données aux meilleures pratiques

Avec sa nouvelle Chaire des IRSC, Dre Linda Carlson continue de combiner sa passion pour le mentorat et l’implication des patients avec la recherche en oncologie intégrative.

Dre Linda E. Carlson

Pour ceux qui explorent de nouvelles perspectives, il peut souvent être difficile de parler de la nature de leurs travaux. C’est particulièrement le cas pour ceux qui travaillent dans des domaines novateurs tels que l’oncologie intégrative . Quoique Dre Linda Carlson soit une professeure d’université, une psychologue et une chercheuse, elle n’enseigne pas à de grandes classes, n’offre pas de thérapie à des patients et ne travaille pas dans un laboratoire humide. Son travail dépasse les frontières traditionnelles, et s’aventure dans l’avenir de la médecine comportementale comme champ interdisciplinaire, basé sur des données probantes et axé sur les patients.

Pendant ses études doctorales en psychoneuroendocrinologie à l’Université McGill, à Montréal, dans le cadre de sa formation comme psychologue clinicienne de la santé, Dre Linda Carlson a exploré le yoga et la méditation à titre personnel. Son internat rotatoire l’a mené au Centre Tom Baker pour le cancer (Alberta, Canada) où elle a rencontré Dr Michael Speca qui développait un programme de pleine conscience à l’intention des patients en oncologie. Ce programme visait à soutenir les patients qui faisaient face à la vulnérabilité et au stress associés au traitement du cancer. Elle était enthousiaste face à la possibilité d’allier sa pratique personnelle à sa vie professionnelle, et était impatiente d’explorer cette fusion entre la recherche et la pratique clinique.

Elle a par la suite obtenu une bourse de nouveau chercheur des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) de 2002 à 2007, suivie de nombreuses autres subventions pour nouveau chercheur et pour l’excellence en recherche entre 2006 et 2013.

Auteure de plus de 150 articles et chapitres de livres dans le domaine de la psycho-oncologie, elle a également publié un manuel de formation professionnelle avec Dre Shauna Shapiro en 2009 (The Art and Science of Mindfulness: Integrating Mindfulness into Psychology and the Helping Professions) et un manuel à l’intention des patients avec Dr Speca en 2010 (Mindfulness-Based Cancer Recovery: A Step-by-Step MBSR Approach to Help You Cope with Treatment and Reclaim your Life).

Pendant une semaine typique, après avoir rencontré ses étudiants et ses collègues de recherche pour faire le suivi et trouver réponse à des problèmes associés aux projets de recherche, Dre Carlson enseigne des cours de pleine conscience à des patients atteints du cancer au Centre Tom Baker pour le cancer, et organise des séminaires éducatifs pour les patients au sujet des thérapies complémentaires.

Elle s’affaire également à la publication des résultats de ses projets, à la recherche de subventions de recherche et à l’exercice de ses tâches éditoriales et administratives auprès de plusieurs organisations, dont la revue Health Psychology (dont elle est l’éditrice adjointe), le comité de direction de la Society for Integrative Oncology et le comité de planification du congrès annuel de l’American Psychosomatic Society.

Dre Carlson considère que le réseautage avec d’autres chercheurs n’est pas seulement bénéfique, mais essentiel à la recherche en santé. Son approche interdisciplinaire l’a donc menée à travailler avec des immunologues, des biologistes cellulaires et plusieurs autres scientifiques en recherche fondamentale, en plus d’oncologues, d’infirmières et de kinésiologues. Elle a également travaillé avec d’innombrables co-chercheurs à l’Université de Calgary, au Canada et à travers le monde dans le cadre de la publication de ses résultats de recherche et en tant que consultante.

Lorsqu’on la questionne au sujet des plus importants défis auxquels fait actuellement face le champ, Dre Carlson souligne les barrières systémiques au transfert des connaissances, ainsi que l’incapacité du système de santé à intégrer de nouvelles technologies et à tenir compte des résultats de recherche. Comme perspective d’avenir, elle croit que l’amélioration de la pratique clinique quotidienne passera par la conduite d’un plus grand nombre de recherches concrètes, centrées sur les patients et axées sur l’efficacité. Elle s’attend également à ce que les recherches intégrant des technologies avec des méthodes traditionnelles d’interventions comportementales contribuent à faire progresser le domaine, notamment en améliorant la portée et l’accès, et en permettant la cueillette d’une grande quantité de données associées au suivi, à l’usage et aux résultats auprès des utilisateurs. Toutefois, elle préconise que les nouvelles technologies en ligne et mobile que l’on prévoit utiliser dans le domaine soient rigoureusement mises à l’épreuve. « Il est essentiel de travailler à l’amélioration de la portée et de l’accès aux patients peu importe où ils habitent », explique Dre Carlson. Elle espère que la prochaine décennie sera marquée par l’accroissement de l’accessibilité et de l’intégration des connaissances et, pour y parvenir, elle voit le rôle des réseaux interdisciplinaires bien établis comme incontournable.

CHAIRE DE MENTORAT

Plus récemment, Dre Carlson s’est vu attribuer une Chaire des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) dans le cadre d’une subvention intitulée Programme de mentorat pour des essais cliniques novateurs en oncologie intégrative : Des meilleures données aux meilleures pratiques. Ce programme de formation se nomme TRACTION (Training in Research and Clinical Trials in Integrative Oncology), ou Formation en recherche et en essais cliniques en oncologie intégrative, en français.

Le programme TRACTION est multidisciplinaire. Il vise à former des étudiants s’intéressant à la conception et à la conduite d’essais cliniques comportementaux novateurs en oncologie intégrative et provenant de différents programmes aux niveaux du baccalauréat, des études supérieures et du postdoctorat.

Utilisant une approche de mentorat, le programme formera des étudiants au sujet des méthodes de recherche centrées sur les patients, dont les stratégies d’engagement du patient (EP) et de transfert des connaissances (TC), en plus de mener des recherches cliniques de pointe sur les thérapies intégrées contre le cancer. Le programme implique directement les étudiants comme membres actifs de l’équipe de recherche. Il offre également aux étudiants la possibilité de développer leurs compétences de mentorat en travaillant avec des étudiants moins expérimentés.

En plus de permettre aux étudiants de publier leurs résultats, d’assister à des conférences et d’y présenter leurs travaux, TRACTION les aide également à collaborer avec des partenaires communautaires pour le transfert des connaissances et la diffusion du programme. L’objectif ultime est de développer les capacités à réaliser des recherches centrées sur le patient dans le domaine de l’oncologie intégrative.

CONSTRUIRE DES RÉSEAUX ET DES RELATIONS

Dre Carlson a réussi à combiner ses intérêts personnels et professionnels dans le cadre de son travail, et se réjouit que sa nouvelle Chaire de mentorat continuera à associer sa passion pour le mentorat d’étudiants et son engagement pour l’implication des patients dans leur processus de guérison. Le programme lui permettra également de mobiliser son enthousiasme pour le transfert des connaissances provenant des résultats de recherche, et elle est particulièrement impatiente de mener des essais cliniques de pointe, comme elle l’a fait dans le cadre de l’étude MATCH .

Dre Carlson encourage ses étudiants à croire que rien ne peut leur échapper du moment où ils ont clairement défini et élaboré ce qu’ils souhaitent accomplir. La persévérance est selon elle l’un des meilleurs outils qu’un chercheur peut posséder. Elle attache également une grande importance à la construction de relations solides au sein des équipes de recherche, particulièrement dans le cadre d’un programme de formation postdoctorale, et ce, toujours dans l’optique d’une approche interdisciplinaire. Le travail d’équipe est une compétence qui peut, voire doit, être apprise, partagée, améliorée et mobilisée.

Cette année, Dre Carlson prévoit assister aux congrès annuels de la Society for Integrative Oncology et de l’American Psychosomatic Society, ainsi qu’à d’autres congrès en psycho-oncologie. Elle sera conférencière au congrès annuel du Psycho-Oncology New Zealand (ou PONZ) en novembre.

——–

Dre Carlson est une conférencière très prisée et voyage régulièrement à l’étranger pour partager ses résultats de recherche. Elle est titulaire de la Chaire de recherche Enbridge en oncologie psychosociale à l’Université de Calgary, et travaille comme psychologue clinicienne, en plus d’être directrice du département des ressources psychosociales au Centre Tom Baker pour le cancer. Elle est également fellow de la Society of Behavioral Medicine et du Mind and Life Institute, titulaire d’une bourse de recherche en santé de l’Alberta Innovates-Health Solutions, professeure en oncologie psychosociale au département d’oncologie de l’École de médecine Cumming à l’Université de Calgary, et professeure associée au département de psychologie.

 

L’oncologie intégrative est une spécialité de la médecine comportementale qui inclut plusieurs approches thérapeutiques complémentaires, telles que les produits de santé naturels (herbes, vitamines et minéraux), la nutrition, l’acupuncture, la musicothérapie, les thérapies manuelles (dont le massage), l’activité physique, ainsi que les thérapies corps-esprit, comme la méditation, le yoga, la relaxation, l’imagerie mentale, et le tai chi/qigong.

Elle incorpore un système de soins interdisciplinaires au traitement du cancer, tel que nécessaire pour chaque personne, en utilisant une approche collaborative interdisciplinaire qui est centrée sur le patient, afin que les besoins, valeurs et préférences du patient soient les moteurs des soins offerts.

Il s’agit d’une approche fondée sur des données probantes qui utilise des thérapies complémentaires de concert avec des traitements médicaux conventionnels, afin d’accroître l’efficacité des traitements, d’améliorer le contrôle des symptômes, de réduire la détresse des patients et d’améliorer leur qualité de vie globale.

Létude MATCH (Mindfulness and Tai Chi for Cancer Health, ou Pleine Conscience et Tai Chi pour la santé relative au cancer, en français) est un essai clinique d’efficacité novateur basé sur les préférences des participants et mené à Calgary et Toronto pour traiter des personnes ayant survécu au cancer et vivant de la détresse. Elle servira à former les nombreux étudiants de TRACTION, en leur offrant une expérience directe des méthodes novatrices impliquées dans la conduite d’un essai clinique complexe. Télécharger l’article du protocole (PDF).

L’étude MATCH découle directement d’un essai précédent (appelé MINDSET), qui comparait la pleine conscience à une thérapie de soutien et d’expression des sentiments chez des survivantes du cancer du sein, dans le cadre d’un ERC plus traditionnel. L’étude MINDSET a montré que la préférence entraînait une différence au niveau des résultats, ce qui a mené Dre Carlson à intégrer des groupes de traitement basés sur la préférence dans MATCH.

Mots-clés : Medecine comportementale, oncologie intégrative, oncologie psychosociale, pleine conscience, psychologie de la santé, thérapies complémentaires