Rapport : École d’été 2019 de l’IBTN (12-17 mai 2019)

Du 12 au 17 mai 2019, l’IBTN a tenu sa première École d’été francophone, avec Dre Kim Lavoie, co-leader de l’IBTN, en tant que responsable pédagogique. Au total, 26 participants, autant des étudiants à la maîtrise que de nouveaux chercheurs, ont assisté à l’école d’été. Anda Dragomir (étudiante au doctorat), Claudia Gemme (étudiante au doctorat), Vincent Gosselin Boucher (étudiant au doctorat), Sara Labbé (étudiante au doctorat), Florent Larue (étudiant en médecine et à la maîtrise) et Li Anne Mercier (étudiante au doctorat) du Centre de médecine comportementale de Montréal nous parlent de leur expérience.

La semaine d’école d’été a débuté par une présentation de différents modèles de développement des interventions individuelles et populationnelles, ainsi que l’importance de faire un choix de groupe de comparaison judicieux. La présentation de Dre Kim Lavoie abordait la nécessité d’utiliser un modèle de développement d’interventions et d’évaluer la fidélité relative à l’intervention (avec des outils tels que le CONSORT). Un modèle théorique solide devrait être la fondation des choix méthodologiques des chercheurs lors de la planification et la réalisation d’un essai comportemental.

De telles pratiques permettent d’uniformiser les essais, de standardiser les pratiques et d’augmenter la comparabilité ainsi que la reproductibilité des résultats obtenus, facilitant ainsi le travail de révision par les pairs. Au final, ces pratiques mènent à l’amélioration de la qualité des essais comportementaux. Il faut cesser de croire que le bon sens suffit!

En outre, il est primordial d’évaluer la fidélité relative à l’intervention, la fidélité de l’intervenant dans l’administration du protocole ainsi que la fidélité relative au participant, qui sont souvent oubliées au moment de rapporter les résultats. L’importance du choix des mesures et des méthodes de vérification de la fidélité d’essais cliniques est majeure. Effectivement, il est essentiel de planifier chaque étape à l’avance et de s’assurer d’avoir bien mesuré ce que l’on souhaitait mesurer.

Dre Angela Alberga, Mme Annick Gauthier, patiente-chercheure, et Dre Audrey L’espérance ont présenté des principes fondamentaux de la recherche axée sur le patient. Ce type de recherche considère que la maladie chronique est un travail à temps plein et que les patients sont experts de leur santé. Le groupe a discuté des besoins relatifs à l’inclusion des patients et des autres parties prenantes dans les projets de recherche dans l’objectif d’un partenariat patients-chercheurs en contexte de soins de santé et de gestion des maladies chroniques.

La présentation de Dr Simon Bacon portait sur les essais pragmatiques. Le pragmatisme d’un essai n’est pas dichotomique; son niveau de pragmatisme se situe plutôt sur un continuum. Un essai plus pragmatique propose des méthodes se rapprochant des conditions normales et donc de l’efficacité réelle, en atteignant un équilibre entre la validité interne et externe. La grille d’évaluation PRECIS-2 a été présentée afin d’évaluer le niveau de pragmatisme des essais comportementaux. Cet outil permet de situer une étude sur les différentes échelles (p.ex., recrutement, admissibilité) et de reconnaître son niveau de pragmatisme relativement aux conditions réelles.

Des outils tels que le PRISMA, utilisé pour standardiser les méta-analyses et les revues systématiques, ont été présentés. En raison du problème de la multiplicité des outils de déclaration, il est difficile d’être exhaustif dans la récupération des articles lors d’une méta-analyse. Il est donc important de décrire précisément les interventions à l’aide d’outils tels que le modèle PICO.

L’importance du choix de mesures de résultats adéquates a été présentée par Dr Jean Bourbeau, MD. Il a discuté des étapes de sélection des différentes mesures lors des interventions en changement comportemental, et de la variété des options possibles. Dr Justin Presseau a clos la semaine avec une présentation portant sur la science de la mise en œuvre. Effectivement, il est problématique que 30-40% des patients ne reçoivent pas les meilleurs soins possibles basés sur les preuves scientifiques actuelles. Dr Presseau a présenté plusieurs pistes de réflexion et de solution, et a mis en lumière que la diffusion de la recherche devrait être pensée dès le début. La mise en œuvre des résultats est indispensable pour la transmission des résultats des essais dans la pratique des professionnels de la santé. Démontrer qu’une intervention comportementale est efficace n’est pas une condition suffisante pour assurer sa mise en œuvre.

Tout au long de la semaine, les étudiants ont travaillé en équipe à l’élaboration d’un protocole d’intervention comportementale fictive, avec pour objectif de le présenter à l’ensemble du groupe lors de la dernière journée de l’école d’été. Cet exercice a donné l’opportunité aux participants d’entrevoir ce à quoi ressemble le travail d’équipe qui mène à la soumission d’une demande de subvention.
Cette expérience a permis aux étudiants de faire le constat du plein essor des interventions comportementales en santé, mais également du manque de rigueur et d’homogénéité méthodologique par les chercheurs du domaine lors de la planification, la réalisation et la rédaction des résultats d’essais.

Ces lacunes imposent une mise au point théorique et pratique. L’un des messages-clés retenus est le suivant : En tant que chercheur, il est important de s’adapter aux nouvelles méthodes et technologies en améliorant ses pratiques de recherche, par exemple en impliquant les parties prenantes dès le début du processus de développement d’une intervention.

La prochaine École d’été de l’IBTN aura lieu du 24 au 30 mai 2020!